Billet Politique – Mon second tour

Dans une partie de la gauche comme pour une partie de la droite, le débat fait rage. Si certains électeurs LR peuvent pencher pour le Front, à gauche, le débat réside plutôt entre les défenseurs du vote Macron et les tenants du refus de choisir (vote blanc, nul ou abstention).

Voilà donc à quoi je m’apprête à répondre puisque je fais parti de cette famille politique, celle des insoumis.es.

Voilà donc ma réponse à ceux qui préconisent de voter Macron, une réponse qui reflète un choix personnel uniquement, en rien représentatif du mouvement. Car le plus important est de garder notre force commune, malgré nos divergences stratégiques, pour peser dès les législatives dans l’opposition.

1. Un faux choix

Que nous propose-t-on ? Choisir entre élire le Front National et faire monter le FN ? Allons bon ! Car nous savons tou.te.s malgré nos divergences, que ce qui enracine et développe -électoralment tout du moins- le FN, ce sont ces politiques libérales et démobilisatrices, qui déroutent toute bonne volonté.

2. Combattre ou faire barrage

Voter Macron est donc une solution du court terme et presque suicidaire car si on est sauvé du fascisme raciste pendant 5 années, non seulement on endure 5 ans d’ultralibéralisme, mais en plus à la sortie, le FN sera sans doute encore plus florissant. 

Faire barrage retarde simplement l’inondation.

Et si on se mettais à combattre cette inondation ? Et si on la combattait sur le plan idéologique au lieu de la diaboliser à outrance ? Et si on repartait sur le terrain comme le fait la France Insoumise avec des francs succès et parvenant ainsi à faire reculer considérablement les scores électoraux du FN ?

3. Qu’ils assument

Tout au long de la campagne, et avec encore plus d’énergie à sa fin, de nombreux journalistes et commentateurs ont trouvé du plaisir à comparer JL.Mélenchon à M.LePen. On nous présenta des tableaux comparatifs indignes, des liens amicaux douteux, des photos montage et des caricatures hallucinants… et à présent on s’écrie : « Mais qui donc à ouvert les portes du pouvoir au Front National ?« . F.Hollande et le PS en première ligne de ce Mélenchon-bashing en semblaient presque avoir oublié le danger frontiste tant leurs efforts de désinformation se portaient sur nous. Vous avez tout cassé, à vous de réparer cette fois. Point.

4. E.Macron et son affligeante campagne

Et dans ce paysage délirant, la campagne de E.Macron semble encore plus surréaliste. Le voilà suite à sa victoire du 1er tour, qui se rend à la Rotonde, son Fouquet’s. Le lendemain, il annonce que ses électeurs du 2nd tour seront les porteurs d’un « vote d’adhésion« . Cerise sur le gâteau, il se vente d’assumer ne rien vouloir changer à son projet. Et avec cette douce musique, le voilà qui emplifie le dénigrement de ses ex-adversaires, aujourd’hui électeurs potentiels : certes, les insoumis.es ne sont plus des « communistes totalitaires » à ses yeux, mais ils « ne sont pas à la hauteur », et E.Macron n’hésite même pas à montrer du doigt d’éventuels abstentionnistes, qui feraient « le jeu du FN », voire qui soutiendraient ouvertement (!) M.Lepen ! Disons que, parole d’antifasciste, niveau diplomatie, on a déjà vu plus constructif. 


5. Ne rien cautionner pour construire le futur

Le naufrage annoncé d’un mandat Macron, allié avec la droite, avec la gauche libérale, voire avec les deux à la fois, dégoûtera encore un peu plus la population et les couches moyennes et populaires dont les intérêts sont à l’opposé de ceux du programme d’En Marche! . Ne pas soutenir cette candidature, c’est limiter sa légitimité électorale issue du scrutin, c’est déjà mettre leur gouvernement en difficulté et c’est surtout regarder vers l’avenir. Regarder vers les prochaines échéances mais également se construire comme opposition cohérente. Pour convaincre les dégoûtés, tâchons nous de ne pas rester avec les dégoûtants.

Le 7 mai, ce sera sans moi. Le 7 mai je m’abstiens, je vote blanc, je vote nul. Et ce choix n’est pas un signe d’amitié à l’extrême droite, c’est au contraire le moyen le plus fort pour la battre. Pas pour lui faire barrage une fois tous les 5 ans. La battre. Pour toujours. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s