Ts21 F – Fromage, boulanger et vitamines

Une fois par semaine, je prends le vélo accroché au bas de l’immeuble sur un réverbère, et je pars à la pêche aux produits frais. Et bio. Toujours.

Les légumes viennent de l’Amap locale, on ne paye pas à chaque fois : une fois entré dans la boutique, on coche son abonnement hebdomadaire et remplit son panier. Ce que les enfants adorent, ce sont les conserves de poivrons rouges.
Le fromage s’achète dans une toute petite boutique verte de la même rue. Je rends les bouteilles de lait non pasteurisé, celles de crème fraîche, et je remplis mon panier des mêmes achats auxquels j’ajoute une tranche de fromage du Tyrol.

Les fruits enfin s’achètent à côté de la boulangerie. Peut-être pas bios, mais locaux. C’est le point de vente d’une ferme réputée mais dont je ne saurais écrire ou prononcer le nom en patois ou dialecte local. J’y achète tantôt cinq kilos de pommes, tantôt trois de poires, toujours aussi lourds à transporter à sac à dos à vélo.

Entre tout cela, parenthèse, je visite Hundertwasser. Ses constructions essaminées dans la ville sont mes points de repères, mes petits plaisirs de couleur.





Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s