Sn5 F – Comme chien et poule

Je n’avais pas entendu le boucan. Du moins je ne soupçonnais absolument pas ce qui était en train de se passer.

C’était une journée comme les autres. Les fermiers étaient partis un peu plus longtemps que d’habitude. C’était la fin de l’après-midi. Je nettoyais l’étable. Les chiens étaient comme de coutume enfermés dans la cour. Mais une poule s’y est infiltrée -je ne sais comment, la malheureuse !- alors qu’elles sont normalement seulement de sortie au derrière de la ferme.

Je ne compris que ce qui s’était passé après. Je rentrais, et je vis des os au sol. Je me dis que les chiens avaient dû les recevoir ce matin des propriétaires. Ce n’est qu’en voyant des plumes encore duveuteuses et des griffures acharnées sur le sol glacé que je me rappelai l’étrange vivacité rouge du sang des os. Mais rien de plus.

Je ramassais les feuilles mortes quand je vis le cadavre de la pauvre poule à moitié dévorée. Elle bougeait encore presque. Ou c’était moi qui tremblais. Je me croyais devant une scène d’abattoir : mi-squelette, mi-chair, le mi-cadavre gisait au sol comme une charogne infame sur un lit semé de cailloux. 

Les larmes m’assaillirent les yeux. Que faire ?  En finir d’un coup de pelle pour les souffrances ? Rester là à m’affoler ou… trop tard. Elle ne frisonnait même plus. 

Heureusement je ne suis plus complice de massacres semblables chaque jour depuis que je suis végétarien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s