Février retour aux sources

Je ramasse le seau, sur la pointe des pieds, il balance et débord presque. Je longe l’étable pour ne pas à avoir à traverser les plaques de glaces qui remplissent la cour et me ferai renverser l’eau en tombant.

Il ne fait pourtant pas froid. Mais la pression du seau sur mes doigts me fait cette même impression que le froid qui brûle et qui ronge.

Les après-midi d’hiver semblent toujours mettre le ciel au bleu ici. C’est agréable mais aveuglant à cause des rayons miroitant sur la glace et renvoyés par la neige.

Je préfère le silence forestier bruissant à chaque pas, au brouhaha de la ferme, des moutons abrutis qui bêlent toute la journée à l’identique sans raison.

J’arrive à la porte, la pousse de mon dos, les bottes chancelantes sur le sol verglacée me conduisent toute seules à l’intérieur du bâtiment.

C’est une chouette journée comme toute les autres qui commence, un retour à la terre, un retour aux sources. Je verse le seau dans l’abrevoir et retourne à la source.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s