FRI, 6 Jan – Partir et quitter

Le jour est arrivé. Celui de quitter la Laponie.

Quitter Urban, quitter Rutta, quitter Thomas et Solveig, les cuisiniers, les escaladeurs, les touristes, les gens de passages. Attristé, peiné, le moment est venu.

Dire au revoir à la nature, aussi, qui constituait tant aussi ici. À bientôt je l’espère secrètement. Les montagnes, les clairières, les chemins inventés dans la forêt sous la neige, la rivière et ses embouchures, le lac et ses vallons. Poétique. Je quitte tout ce monde mais emporte mon morceau de quiétude. Ma part de bonheur immémorable.

Oui, je prends ma part de paradis, le silence des ruisseau et le contact des pas sur la neige. Le bonheur du jour si court et la joie des longues nuits. Le plaisir du soleil rasant le ciel si pâle. Le blanc de partout, et ses variations du bleu glace au noire écorce. Je me sens un peu chez moi dans ces bois.

Partir est moins monotone ; il s’agit d’aller autre part.

J’y vais sans peur, je poursuits mon aventure confiant, partout les gens sont vrais, bienveillants. Voilà la seule chose qui m’importe : la bienveillance. 

En allant à la gare, ils en ont profité pour aller se ressourcer en ville. Et m’ont laissé au châlet qui fait office de station, sous le ciel bienveillant qui se couche et s’obscurcit. Les voilà qui reviennent quelques instants plus tards pour m’offrir à manger pour le voyage. Bienveillance. Encore bienveillance.

Je crois qu’il me reste encore la bouteille que n’ai pas pu ouvrir, contrairement à ces vikings suédois qui décapsulent bières et eau minérales avec les doigts.

Ils closent la porte. Me voilà seul. le train a du retard, quatre heures, je sens que l’attente débute et avec elles les ennuis des transports. Imprévus prévisibles.

Bien plus tard le train de nuit arrive aux quais. C’est un long serpent de métal incroyable, digne des plus incroyables fictions. J’adore ces trains de nuit : gris acier comme pour prévenir des aventures à venir, comme si le bout du monde était sa destination.

Et je m’endors quelques instants plus tard lôti sur deux sièges moelleux.

Source photo : Pinterest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s