Septembre prend le large 

Les mouvements se poursuivent, incesants, l’un après l’autre, se succèdent.

Ils s’enfoncent dans les flots, les lèvres hyalines entrouvertes de la mer, sans pourtant s’engloutir, disparaître, s’engourdir.

Les bras du nageur, tannés, traduisent l’immarescible soleil nitescent et obsédant qui assiége la vallée, et sa bande de sable brun, depuis le début de l’été.

Comme flottant sur la surface orbe et absconse, les gestes de la nage parfaitement maîtrisée, semblent s’accélérer, fendre le courant. Comme une palme, comme des nageoires, s’enchaînent et s’ensuivent. Comme un navire quittant le port casse les vagues, d’un fougueux emportement. En réalité, il n’est rien ; ce n’est qu’une illusion et tout reste calme et régulier, une tendresse lénitive.

Les oiseaux des mers, toujours vastes roi de l’azur, scrutent l’horizon,  veillent sur la vallée, gardent plages et navires du coin de l’oeil. Comme les maître gardiens d’un trésor englouti, planent et errent sous un daie de coton qui obombre la côte.

Dans ce tableau benoît, personne ne paraît se soucier des vents et de l’air hiémaux qui guettent malgré tout, tapis tout près de là. Pour l’instant la chaleur justifie l’oubli et l’indifférence du nageur, du bateau, des oiseaux et du paysage. Même les vieilles bâtisses contadines qui bordent le rivage tel un collier épousant un cou, reliées entre elles par des faux-filants de bord de mer, ont l’air d’avoir oublié la brume des matins caligineux que vomissent les jours nivéens.

Mais tout ça est encore loin, dans l’espace et dans le temps. Pour le moment il fait chaud, trop chaud comme toujours. Le soleil coule et inonde, depuis le zénith, les végétation desséchée, thébaïde méditerranéenne.

Déjà le nageur, dans l’onde adamantine, a pris le large.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s